Amérique, Etats-Unis, Roman

Petit oiseau du ciel

Joyce Carol OATES, Petit oiseau du ciel

La petite ville de Sparta, dans l’état de New-York, est en émoi. Zoé Kruller est une jeune mère, belle femme, chanteuse à succès. Elle mène une vie dissolue et meurt sauvagement assassinée. Son jeune fils Aaron, l’a trouvée sans vie, étranglée, dans son lit.

Les ravages du soupçon

Les soupçons se portent vite sur Delray, son mari d’origine indienne, trompé. La police soupçonne aussi Eddy Diehl, son amant. Rien ni personne ne parvient à élucider ce meurtre crapuleux. Restent la suspicion, les terribles rancœurs, qui font des ravages dans la communauté de Sparta. Aaron, orphelin, grandit sans soutien. Krista Diehl, jeune fille qui adore son père, souffre des malheurs qui s’abattent sur son père. Tout se délite et se désagrège. Famille, amour, amitié, rien ne tient après un tel drame qui laisse Aaron et Krista désemparés. Bien des années plus tard, ils se retrouveront tous les deux, pour connaître enfin la vérité. Une autre vie leur sera alors possible.

La part d’ombre des individus

Joyce Carol OATES excelle quand il s’agit d’exposer le côté sombre, la part d’ombre des individus , hommes ou femmes, jeunes ou adultes, qui composent la communauté d’une petite ville des États-Unis. Personne n’échappe aux turpitudes, aux déviances, à la recherche d’un fragile bonheur. Tout sent une mélancolie miteuse.L’auteur peine parfois dans sa narration pour nous conduire vers la résolution de l’énigme. Cependant, OATES brille de tout son art romanesque lorsqu’elle fait parler sa jeune héroïne, Krista, embarquée par des camarades mal intentionnés dans une défonce dangereuse. OATES impressionne, lorsqu’elle nous fait vivre la prise d’otage dans une chambre de motel minable, orchestrée par un père maladroit, ivre, qui marche vers la mort. L’auteur nous fait peur lorsqu’elle présente avec brio la sauvagerie, la rébellion du jeune Aaron, en prise avec un désarroi. Une enseignante le met en garde, dans un très beau passage.

“Bref! Ce que je veux dire, Aaron, c’est que tu as néanmoins le choix. En dehors de cette classe, de ce lycée, j’entends. Tu peux être un citoyen, ou tu peux être un “solitaire”. Comme il y a des éléphants “solitaires”. Tu peux ‘Vivre en marge de la société parce que tu as été blessé et que tu es en colère -très en colère, manifestement -je sais que les autres élèves te craignent, que tu as été impliqué dans des bagarres et des “désordres” -je suis contente que tu aies bien -très bien -travaillé avec moi -un travail prometteur -mais laisse-moi te dire que tu pourras vivre ainsi tant que tu es jeune, jusqu’à la trentaine peut-être. Mais ensuite, c’est fini. Si tu as fait de toi-même un citoyen, le crime guérira et tu pourras avoir une vie, une vie adulte utile. Mais si tu restes un solitaire et un marginal, esclave de ta souffrance, tu n’auras pas de vie, » Mme Hare s’interrompit. Sa voix était tremblante, hésitante. Comme si, ayant escaladé un sommet dangereux, elle se penchait maintenant de cette hauteur pour regarder Aaron.” (p. 419)

Nous gardons longtemps à l’esprit cette morale.

Livres du même auteur:

Fille noire, fille blanche
Genna Meade a 18 ans en cette année 1974. Elle est issue d'une famille illustre de Philadelphie, née d'une mère libérale et d'un père avocat activiste de gauche. Elle partage sa chambre d'étudiante au Schuyler College avec Minette Swift, jeune fille noire très croyante. L'une, fille noire, exerce s...
J'ai réussi à rester en vie
En février 2008, Joyce Carol OATES perd subitement son mari Ray Smith des suites d'une pneumonie. En août de la même année, l'auteur américain passe pour la première fois une nuit de sommeil. Entretemps, elle a tout connu : l'hébétude, une souffrance indicible, les idées de suicide, ... Terrible ré...
Petite soeur, mon amour
Joyce Carol Oates exploite un fait divers tragique intervenu il y a quelques années aux États-Unis. Une enfant de 6 ans est assassinée par un inconnu, alors que le jeune fille connaît une gloire naissante comme patineuse sur glace. C'est l'occasion pour l'auteur de dresser une fresque familiale dram...
Le mystérieux Mr Kidder
Katya Spivak a 16 ans. A Bayhead Harbor, dans le New Jersey, elle est durant les vacances la garde de deux enfants en bas âge. Marcus Kidder, artiste dilettante de 68 ans, habite les quartiers chics de la cité balnéaire. Par surprise, il fait des avances à la jeune fille. Il lui donne de l'argent, l...
Daddy love
Dans le parking d'un centre commercial à Libertyville, une maman lâche la main de son petit garçon entre deux rangées de voiture. Robbie Whitcomb, 5 ans, disparaît, enlevé par un mystérieux ravisseur. L'auteur des faits est un pédophile, manipulateur, prédicateur dans une église protestante. On ap...
Ce que j'ai oublié de te dire
Le portrait de trois jeunes filles en proie aux tourments de l’adolescence. Joyce Carol OATES nous invite à regarder avec bienveillance Merissa, Tink et Nadia dans leur rapport maladroit au monde. Domine le thème récurrent chez l'auteur, à savoir l'opposition d'un être souvent seul, en butte avec la...
Repris sous:Amérique, Etats-Unis, Roman
Références: Petit oiseau du ciel, Philippe Rey, 2012, 539 p.
- parue en 2009 sous le titre "Little Bird of Heaven"
- traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude SEBAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *